Utilisateurs de Perl à Paris

11 Mongueurs, impossible de se souvenir de tout

Un historique approximatif des réunions des Perl Mongueurs de Paris


Pour nous identifier à une réunion, voici quelques photos.

Table des matières


mercredi 15 septembre 1999

La voix de David

La soirée a mal commencé. Je suis arrivé avec un peu de retard au Webbar, lieu programmé de la réunion, pour constater qu'il y avait une soirée privée annoncé. Damned. J'avais reculé la date de la réunion d'un jour, et j'avais oublié de vérifier sur le site du Webbar si justement ils n'avaient pas un truc privé planifié. Apparemment, si, Darty avait pris possession des lieux.

Je m'approche au colosse à la porte :

"Je peux entrer  ?"
"C'est pour surfer ?"
"Non, c'est pour boire un coup avec des potes."
"Ah ben non, pas ce soir. Il faut avoir une invitation."

Hmmm.

Je regarde à l'intérieur, je ne reconnais aucun visage, ne voit aucun chameau, n'aperçois aucun papier gribouillé à la hâte par un Mongueur, qui expliquerait où ils sont allés.

Je revient sur mes pas, et je regarde le bar d'à coté. Pas d'indices sur les tables. Il n'y a pas de Mongueur dans le coin. Je me dis alors qu'il y a une bonne chance qu'ils se sont allés à La Taverne à République, lieu de la réunion précédente, lorsque le Webbar était fermé pendant les vacances d'été.

Vu que c'était à deux pas, je me disais que ça valait la peine d'essayer. Je suis arrivée à la première brasserie nommée La Taverne sur la place de la République (il paraît qu'il y en a deux), et un serveur m'a abordé.

"Oui ?"
"Heuh, vous avez une salle au sous-sol ?"
"Oui, mais c'est fermé"

Et merde, ce troquet n'a pas l'air très grand, donc je ne vois pas comment les Mongueurs pourraient être ici. Je regarde les tables devant, mais celles-ci sont occupées par des gens seuls ou par des couples. Et ils n'ont pas l'air de parler de Perl.

J'avance, tout de même, à coté du bar, histoire de voir si il y avait d'autres tables au fond. Je passe derrière le serveur qui me fusille du regard, comme j'allais simplement utiliser les chiottes et m'éclipser.

Et là, au fond du troquet, j'aperçois une dizaine de Mongueurs, coincés dans une espèce de couloir, en train de manger et boire. Victoire ! Il y avait 9 personnes, notre meilleur score à ce jour. Etaient présents :

Frédéric nous a expliqué qu'il faisait parti d'une association 1901 qui avait accès à un local de 240m2, et qu'il y aura peut-être moyen de l'utiliser comme lieu de réunion. L'idée est excellente, car la musique dans le bar était assourdissante à la fin de la soirée.

Ceci dit, il faut voir comment gérer le ravitaillement. La Taverne a un excellent choix de bières (bien que j'ai demandé un Loberg et ils n'en avaient pas) et on mange bien aussi (bien que j'ai eu le malheur de manger un plat de moules provençales qui était plutôt infâme).

Quelqu'un avait amené une boîte de chocolats, un geste fort sympathique, sauf qu'à mon arrivée il restait la boîte, mais plus de chocolats.

Stéphane, qui a gagné un prix dans un concours de Perl assombri, a longtemps parlé de son expérience avec des machines Sun,

Stéphane avait ensuite envoyé un long e-mail pour en parler plus...

je suis Stéphane de la réunion mercredi 15 sept. (dont tu étais absent). Je suis infoutu de m'inscrire sur la liste des perl mongueurs probablement à cause de notre addresse adnaccess.com non reverse lookupée par notre provider.

Pour mémoire je rappelle la transcription de Jean qui a motivé ce mail

Les joies de Display PostScript sous NeWS, qui permettaient des hacks comme afficher une fenêtre sous une rotation de 90 degrés, ou des fenêtres polygonales.
...
mais bon, NeWS a perdu et Motif a gagné.

NeWS, Networked extended Window System est une idée James Gosling : utiliser PostScript comme système de fenêtrage. Le nom et sa bicapitailisation est probablement d'origine marketing. NeWS était plus général que Display PostScript qui n'est "que" l'affichage PostScript dans la fenêtre d'un système de fenêtrage existant. Je ne sais pas quel soft prédate (pun) l'autre.

Sun a promotioné très mollement NeWS (un système de fenêtrage) qui n'a intéressé que les hackers. Ils avaient tout de suite compris l'intérêt de transposer la richesse du modèle graphique PostScript pour en faire un système de fenêtrage.

En effet le langage à la base de NeWS étant PostScript, originellement destiné pour du code généré par des programmes pour des programmes.

Un programmeur de Sun dont le nom m'échappe a eu l'idée d'utiliser la pile de dictionnaires pour implémenter le subclassing de la programmation orientée objet. J'ai entendu un programmeur de l'équipe de NeWS vanter le défault de la syntaxe postfixée comme une qualité :

La difficulté de manipuler la pile des opérandes (pop, exch et autre roll) incitait à écrire beaucoup de méthodes courtes dans une classe. La prolifération de méthodes donnait donc une grande richesse et souplesse à la classe.

Toujours dans l'OO et pour se prémunir de l'inconstance du marketing, les développeurs avaient créé une couche appelée TNT qui était entre autre aux looks ce que VFS est aux file systems.

Personnellement je n'ai été impliqué que très marginalement. A Sun France de 86 à 89, j'ai été séduit par NeWS. Peu à l'aise dans une structure essentiellement commerciale, J'ai essayé d'intégrer l´équipe de développement NeWS à Montain View. Quelques mois après un premier stage de 2 mois, Je suis arrivé quelque semaines avant le tremblement de terre (Richter 7.1 (TM)). Les priorités avaient changé et j'ai intégré un projet dérivé appelé NeWSprint et que j'ai quitté courant 92. le principe de NeWSPrint : déporter le calcul du bitmap dérivé de la page PostScript de l'imprimante vers une station Sun. La boucle été bouclée : NeWS héritier conceptuel de PostScript devenait compatible avec le PostScript d'Adobe.

Cette histoire se passe dans un contexte plus général et je n'ai pas en tête la chronologie exacte des évènements.

La forte croissance de Sun et une alliance avec ATT ont suscité une contre-alliance qui a choisi d'aligner X-Window contre NeWS. Sun a choisi de se battre sur tous les fronts à la fois.

Apparement NeWS est maintenenant disponible comme Prime Time Freeware pour UNIX :

http://www.ptf.com/ptf/products/UNIX/current/0580.0.html

Don Hopkins a une page sur NeWS. http://www.catalog.com/hopkins/lang/NeWS.html mais tout son site est ahurissant.

Un fou furieux de NeWS, haisseur féroce de X, créateur et promoteur des pie menus (pies in the sky) sur tout environnement autre qu'une boite de camembert. Un des ces passe-temps était de bruler les CDs (non pas les graver mais traiter au micro-onde pour obtenir des formes et des couleurs interessantes). Il a crée l'outil proablement le plus populaire, en tout cas sur le campus Sun, avec TNT (une sur-couche de NeWS), un outil pour commander et préviewer des pizzas OpenLook chez Tony's and Alba à Montain View. URL: http://www.catalog.com/hopkins/images/pizzatool.gif.

Pour lui, Perl est probablement trop infixé par rapport aux opérativement excentriques forth, lisp et PostScript. Mais voir http://www.catalog.com/hopkins/lang/bounce/bounce.html

89 est l´époque ou Mike Tieman cité ici par Don (http://www.catalog.com/hopkins/unix-haters/slowlaris/worst-job.html) de Gnu-C++ fame travaillait dur à monter Cygnus dans l'incrédulité générale. Je l'avais rencontré à une conférence C++ à l'INRIA rocquencourt quelques mois avant et croisé pls fois sur le campus Sun à Montain View.. Le jour du tremblement de terre de la bay area, je l'ai pris en stop à la sortie du campus et il m'a proposé de le "joindre dans une boite qu'il créait"n. Mais je venais d'arriver à Montain View et mon visa ne valait que pour Sun. L'idée de faire une entreprise avec du logiciel libre me paraissait farfelue et je doutais de ses compétences en business. Et j'ai décliné l'offre poliment sans commentaire, le quake me paraissant de mauvaise augure. (et n'était pas encore un jeu) Ainsi vont les choses...

Back to Don. Il s'est fait vidé de Sun en Oct 91 (date retrouvée grace à http://www.catalog.com/hopkins/don/resume.html#sun) Dégouté de l'attitude du management de Sun, il avait foutu (m'a t-on dit) des boules puantes sur le bureau d'un manager.

Entre 92 et le début de cette année 99, assez dégouté par ces épisodes, j'avait pris des distances avec le monde informatique. Enfin, pas temps que ca puisque en rangeant chez moi, j'ai retrouve une disquette Yggdrasil marquée Linux Beta.

J'ai néanmoins la nostalgie de l'organisation technique à l'américaine. A Montain View, je n'ai jamais eu a compiler Perl, un setenv de PATH (Yup, Sun c'est Bill Joy et le csh, et un Bou^Hrne^H again shell) et un automount et le tour était joué. Cette organisation m'a valu d'ignorer jusqu'à très récemment les joies de l'administration d'un réseau et de prendre cela pour un acquis.

Ma nostalgie des pizza box Sun et d'UNIX est telle que je me suis acheté en mai une boite NLX (où j'ai mis un pingouin coiffé d'un chapeau rouge) et un écran 19 pouces et dumpé mon Compaq 486 qui contenait un mix infame d'Yggdrasil, Infomagic et Slackware.

Il y a quelques semaines, à la demande d'un manager j'ai installé Solaris sur une boite Pentium et ai vu le logo Display PostScript. Sun a donc finalement couché avec Adobe ! Visiblement il faut une station ou un serveur Sun pour Solaris car ça ramait gravement. Donc le penguin Tux a vite repris possession de son territoire avant que le Sun ne le fasse fondre (pas de risque sans les étincelles Sparc).

Philippe a parlé des joies de PostScript, et nous a montre un programme assombri qui résout le problème des reines de l'échiquier, pour un nombre n arbitraire. Et comment, pour imprimer des étiquettes d'adresses pour un fanzine, écrire son propre PostScript donne un résultat incommensurablement meilleur que d'utiliser le générateur d'états d'Access. Et vous êtes surpris ?

J'ai raconté l'histoire d'un petit programme que j'ai écrit en PostScript, qui génère des courbes épicycliques. Je testais cela chez des vendeurs d'imprimantes. Quand ça prenait 40 minutes de calcul, je prenais un air attristé, et disais au vendeur que son imprimante était jolie, certes, mais un peu lente...

On était plusieurs à avoir eu affaire avec la gestion de PostScript sous Windows, et on était tous d'accord que l'implémentation de Microsoft était une merde abjecte. Chacun avait une histoire à raconter là-dessus.

Stéphane et Dao ont parlé de leur utilisation de Perl/Tk. Ça renforçait l'idée chez moi que programmer des interfaces graphiques est une des tâches les plus ingrates de la profession.

Jean, toujours inépuisable au niveau des puzzles, nous a rappelé le suivant :

Vous êtes devant trois portes. Vous pouvez gagner ce qu'il y a derrière une porte. Il y a

Vous choisissez une porte. Le maître des cérémonies ouvre une deuxième porte, avec vue sur un tas de disquettes poussiéreuses. Il vous dit que vous avez le droit de changer d'avis, et de choisir l'autre porte fermée. Quelle est votre tactique ? Avez-vous plus de chance de décrocher le T1 en restant avec votre choix initial, ou est-ce qu'il vaut mieux changer de porte ? Bref, les probabilités de gagner le gros lot sont-elles identiques pour les deux portes restantes ? (Oui, il y avait un jeux télé basé sur ce principe dans le passé lointain).

On a quand même parlé de Perl, surtout en conjonction avec le Web. J'ai parlé de LWP::Request, et comment je m'en sers dans mon Newslink. C'est un bot qui examine les sites principaux francophones qui parlent du jeu Quake (et assimilés). Il identifie les pages qui sont les plus récemment mise à jour, et présente une liste triée chronologiquement. Je l'avais fait pour me simplifier la vie, mais en fin de compte il y a pas mal de gens qui s'en servent.

Stéphane et moi ont longuement parlé de Knuth, de Tex, de la typographie, de PDF et de PostScript (encore). Stéphane disait que PostScript a toujours souffert d'être un langage à notation postfix. "Ils l'ont laissé postfixé, mais le mieux aurait été d'ajouter une couche infixé." En effet. En bifurquant sur la typographie, on a parlé de la tendance des informaticiens de mettre la ponctuation en dehors des côtes, comme "ceci", mais pour un graphiste, il est plus esthétique de mettre la ponctuation "à l'intérieur."

Moun's avait ouvert un laptop, et montrait des trucs à l'entourage, mais j'étais pas bien situé pour regarder ce qui se passer. Enfin, un ordi à une réunion Mongueur, ça doit être une première.

On a parlé des gauchers et droitiers, et la façon d'écrire. Il paraît qu'il y avait une civilisation dans le passé qui écrivait de droite à gauche sur les lignes paires, et de gauche à droite sur les lignes impaires. Remarque, comme ça on a moins de problèmes avec les coupures de mots.

Stéphane a parlé d'une astuce de faire un "shuffle" d'un array en faisant un sort avec

{ rand(3) - 1 }

ou quelque chose dans ce genre. Bref, on compare deux éléments, et on renvoie 1, 0 ou -1 au hasard.

Il avait proposé ça à un concours d'Obfuscated Perl, mais on lui a dit que cela n'était pas assez assombri.

On a parlé des algorithmes de tri, et qu'un algorithme qui compare deux éléments plus d'une fois n'est pas optimale. Ce à quoi j'ai répondu qu'il existait le tri Bose-Nelson, qui, pour un nombre n, calcul le nombre minimal de comparaisons à faire pour une liste n, quelque soit l'ordre des éléments. C'est assez lent, mais bon, si on sait qu'on a toujours un nombre fixe d'éléments, on peut le précalculer et donc l'approche peut être payante.

Très peu d'URLs ce soir. Dao a proposé www.codeguru.com, qui a du code open source à choper. (Mais bon, ça n'a pas l'air de parler de beaucoup de Perl).

Artur et moi trouvé ça assez nul, le fait que personne d'autre s'est liée au projet de SETI à part nous. On n'est toujours que quatre. Sans doute il va falloir envoyer un message dans comp.lang.perl.announce.

Ça c'est à peu près tout ce que j'ai entendu. C'était assez difficile de se déplacer et on était nombreux. Donc, j'ai passé tout mon temps à discuter avec Stéphane et Philippe. Donc pour la première fois il n'était pas possible de tout suivre. En ce sens, cela marque la fin du début.


HTML 5 - CSS v3 Mongueurs de Paris, le 13 janvier 2013 Copyright © The Paris Perl Mongers, 1999-2017